biographie de Jacques-Edmond Machefert
UN ROMAN NOIR
SUR UNE MUSIQUE DE JAZZ
ET DANS UN DÉCOR ROYANNAIS
"ROYAN GARDEN BLUES"
BIO... LOGIQUE

Lauréat du Salon International de la Recherche Photographique, réalisateur vidéo, animateur pendant dix ans d'une émission de jazz, créateur d’un site internet pour la défense du patrimoine local, ce Saintongeais de naissance a longtemps  “sévi” dans le monde de l’audiovisuel. En 1996, sans pour autant abandonner sa passion pour l’image, il “entrait en littérature” et publiait “Oh ! Marylou”, évocation nostalgique et tendre des années soixante. Ce premier roman était suivi par un conte fantastique fortement épicé (La gabiroute), une savoureuse saga familiale et villageoise (Roméo et Scarlatine) et, plus récemment, 2 polars bien déjantés (Les amants du mort d’eau et Le jour de foire est arrivé).

Ce passionné de lecture et d’écriture a publié, fin 2003, un recueil de nouvelles (Les contes de l’entreprise) prenant pour cible “l’univers impitoyable” du travail. Pour l’occasion, il créait les éditions de La Sermazelle qui allaient en 2006, rééditer ses anciens romans épuisés, et publier en 2007, un pastiche de science-fiction fortement inspiré par l’élection du “Grand Communicateur” (La solitude du communicateur de fond).
En 2008, dans un style radicalement différent, il concrétise une action de sauvegarde de la mémoire de son village en publiant un bel album intitulé Se souvenir de Breuillet. Continuant d’oeuvrer pour le patrimoine saintongeais, il consacre un DVD au célèbre barde Goulebenéze grâce à un entretien avec Charly Grenon illustré de nombreux documents. Dans le même esprit, il participe en 2011 à un ouvrage collectif compilant dessins, contes, nouvelles, témoignages... souvent en patois, L’air du Pays.
Enfin, en 2013, Jacques-Edmond Machefert revient au roman noir avec Royan Garden blues, prouvant que polar et jazz, deux mauvais genres longtemps marginalisés, peuvent se rencontrer avec bonheur dans un décor royannais. Dans ses romans, ses nouvelles ou ses films, J-E Machefert privilégie un style direct et imagé teinté d’un humour impertinent, à la fois tendre et féroce, ce que confirmera son nouveau polar publié en mars 2016, aux Éditions du Croît vif : LES ANGES DE LA COUBRE.